Les droits sexuels

« ou la destruction programmée de l’enfance et de la famille »

les méfaits du rapport Kinsey.

N’ayant pas lu encore cet ouvrage, je me permets donc de vous mettre ici le descriptif donné par son auteur.

 » À ceux qui disaient que le Pacs allait mener au mariage des homosexuels, on rétorqua qu’ils avaient l’esprit mal tourné. À ceux qui protestaient que le Mariage pour Tous allait mener à la gestation pour autrui on répondit la même chose. A-t-on pensé à dire, à ceux qui admirent l’éducation sexuelle à l école, qu’on allait bientôt sexualiser les bambins dès la maternelle et promouvoir à grands moyens toutes les déviations voire certaines perversions sous couvert de protection de la santé ? De la santé sexuelle. Au titre des « droits sexuels ». Les « droits sexuels ». Une aberration onusienne publiée en 2008 qui élève au rang de « droit » le désir de jouir sans entraves et hors de toute morale. L’énoncé de ces droits est si insensé qu’on peine à le croire. Pourtant ils sont bien déjà là, partout. On ne les a pas vus venir mais ils ont envahi les écoles, les médias, la rue, les mobiles de nos gosses et même les dictées en primaire…  »

 


Je pense que ce livre est à lire, quitte à devoir se forcer de lire des choses affreuses, mais vu le sérieux dont fait preuve Marion Sigaud, je pense que nous n’avons pas à craindre de descriptions « scabreuses » et encore moins « exhibitionnistes ».

 

 



 

Un lecteur a posté ce commentaire au sujet de cet ouvrage, je le trouve fort intéressant à lire, je vous le mets donc ici (et me tiens prête à le retirer si besoin).

 » Étant étudiant, j’étais déjà au courant d’un certain nombre de choses décrites dans ce livre, mais par des biais différents. À l’univ. de Caen il y a des colloques où des « sociologues du genre » expliquent calmement qu’il faudra éduquer les gamins sur ce qu’est une partouze, qu’ils y ont droit si c’est leur envie, que ce qui compte c’est l’identité de genre et pas le sexe naturel, etc. La famille n’est qu’une construction sociale passagère, surtout la filiation biologique évidemment… La grossesse est traitée pratiquement comme une maladie dont le remède serait l’avortement (la « santé sexuelle » c’est être en mesure de coucher avec n’importe qui sans qu’il n’y ait de conséquence logique). Sachant qu’en parallèle, on explique à la fois aux jeunes qu’ils peuvent coucher, qu’il n’y a pas de conséquences, que s’il y en a alors l’avortement est leur droit, etc. Évidemment puisque c’est un business qui rapporte des millions aux capitalistes du lobby médico-pharmaceutique… Libéralisme et extension du marché (1/5 des enfants sont avortés chaque année, le fœtus à tuer est donc une « marchandise » importante qui rapporte). Tout ça pour casser les valeurs et les structures sociales traditionnelles. Nos élites veulent des individus abrutis consommateurs qui ne veulent que la jouissance immédiate. Bref, le seul problème du livre c’est qu’il ne traite finalement de tout ça que superficiellement… Il y aurait des centaines de pages de plus à écrire sur ce sujet terrifiant.  »

 


168 pages
15 €


Pour l’acheter c’est ici !

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire