La France orange mécanique

​Pour qui ne le connaît pas, « Orange mécanique » est le titre d’un film de Stanley Kubrick, son thème : l’ultraviolence. Voilà qui résumerait à lui seul ce livre. Ou en tous cas qui en donne sinon le ton, au moins le sujet.

Ses mots sont clairs et incisifs, l’information est.. violente, on vous avait prévenu, violente pour réveiller. Violente pour se battre, pour qu’elle soit transmise, connue, de tous, et que tous se lancent dans la bataille, la bataille pour que les choses anormales cessent, et laissent place à une vie normale, qui n’est ni plus ni moins que l’inverse de ce que nous vivons actuellement, que ce qu’on nous fait vivre, qu’on nous force à vivre.

Laurent Obertone fait partie de ceux dont les œuvres nous éclairent sur notre monde, eh oui pour certains c’est encore nécessaire… Mais l’ampleur de la tâche n’est pas des moindres, il en faudra encore beaucoup des Obertone, des Soral, des Faurisson etc. Espérons seulement qu’il reste encore des lecteurs et des cerveaux en état de fonctionner pour faire le tri dans tout ça.

Auteur faisant l’objet de polémiques, comme tant d’autres, il est donc précieux, à suivre, et à soutenir.

« Le problème c’est que les gens achètent ce livre » Apolline de Malherbe, Canal+


« C’était important de montrer que ces gens qui sont en guerre contre la réalité, ces utopistes, avaient systématiquement les mêmes réflexes de pensée, étaient toujours dans la calomnie, dans l’indignation et justement dans l’attaque ad hominem du messager, quel qu’il soit, pour détruire son propos et essayer d’empêcher la réalité d’accéder à l’expression publique. »


Enquête sur un sujet tabou : l’ensauvagement d’une nation

Chaque jour en France :
640 violences sexuelles hors ménage
1 670 violences physiques hors ménage
2 000 domiciles cambriolés ou  » visités « 
4 000 véhicules volés ou vandalisés

 » Dans le Var, un homme laissé libre après une agression à la hache, a abattu de trois coups de feu dans le dos la belle-mère de sa concubine. Selon le parquet, « la dangerosité de l’individu, qui aurait pu justifier sa mise en détention, n’avait pas été établie ». Pourquoi notre société protège-t-elle les criminels ? Dans notre pays, on agresse des pompiers à coups de marteau. On lynche des flics devant leurs enfants. On viole des enfants de quatre ans au parloir des prisons. On assassine des Chinois parce qu’ils sont chinois, et ça ne coûte pas plus de deux ans ferme. On trouve normal que ce soit aux victimes de « prendre leurs précautions ». On trouve normal de criminaliser l’inquiétude des honnêtes gens. On trouve normal que trois millions de femmes se disent harcelées dans la rue, qu’à peine 1 % des violeurs soient un jour condamnés, que le terrorisme soit devenu la « préoccupation principale » des Français, et qu’il soit interdit d’évoquer l’impressionnante part de criminalité liée à l’immigration. Et pendant ce temps-là, les féministes évoquent des trottoirs « pas assez larges », les antiracistes dénoncent le « racisme systémique » de la France, nos responsables votent des « plans banlieue », disent l’urgence de développer les « peines alternatives », et lâchent des ballons contre le terrorisme.
Alors, pourquoi ce livre ? Parce que nul n’est censé ignorer la réalité. « 


Biographie de l’auteur

Diplômé d’histoire, d’anthropologie et de journalisme, Laurent Obertone est à 33 ans l’auteur incontournable du best-seller Guerilla, des récits criminels Utøya et Le Diable du Ciel, et de l’enquête phénomène La France Big Brother.


523 pages

9.90 €


Pour l’acheter c’est ici !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire