Psychologie des foules

Gustave Le Bon, né le 7 mai 1841 à Nogent-le-Rotrou et mort le 13 décembre 1931 à Marnes-la-Coquette, est un médecin, anthropologue, psychologue social et sociologue français. Esprit universel, polygraphe, intervenant dans des domaines variés, il est l’auteur de nombreux ouvrages dans lesquels il aborde le désordre comportemental et la psychologie des foules.


Campagne électorale ou comment
un candidat à l’élection s’assure
l’adhésion des foules
(Extrait de « Psychologie des foules », paru en 1895)
(Gustave Le bon)
A la fin du XIXe siècle, dans un ouvrage intitulé Psychologie des foules considéré en 2010 par les éditions Flammarion comme l’un des « 20 livres ayant changé le monde », l’anthropologue et sociologue Gustave Le Bon explique comment l’affirmation, la répétition, le prestige et la contagion, constituent autant de techniques auxquelles tout candidat à une élection recourt pour avoir l’assurance de l’emporter sur ses adversaires

Recherchons comment on les séduit. Des procédés qui réussissent le mieux, leur psychologie se déduira clairement. La première des conditions à posséder pour le candidat est le prestige. Le prestige personnel ne peut être remplacé que par celui de la fortune. Le talent, le génie même ne sont pas des éléments de succès.

Cette nécessité pour le candidat de posséder du prestige, c’est-à-dire de pouvoir s’imposer sans discussion, est capitale. Si les électeurs, dont la majorité est composée d’ouvriers et de paysans, choisissent si rarement un des leurs pour les représenter, c’est que les personnalités sorties de leurs rangs n’ont pour eux aucun prestige. Quand, par hasard, ils nomment un de leurs égaux, c’est le plus souvent pour (…) Lire la suite

Gustave Le Bon note encore que : les comités, quels que soient leurs noms, clubs, syndicats, etc., constituent peut-être le plus redoutable danger de la puissance des foules. Ils représentent, en effet, la forme la plus impersonnelle, et, par conséquent, la plus oppressive de la tyrannie. Les meneurs qui dirigent les comités étant censés parler et agir au nom d’une collectivité sont dégagés de toute responsabilité et peuvent tout se permettre. Le tyran le plus farouche n’eût jamais osé rêver les proscriptions ordonnées par les comités révolutionnaires. Ils avaient, dit Barras, décimé et mis en coupe réglée la Convention. Robespierre fut maître absolu tant qu’il put parler en leur nom. Le jour où l’effroyable dictateur se sépara d’eux pour des questions d’amour-propre, il fut perdu. Le règne des foules, c’est le règne des comités, c’est-à-dire des meneurs. On ne saurait rêver de despotisme plus dur.


Préjugés racistes, contradictions, objet mal défini, raccourcis naïfs… Autant de raisons de ne plus lire la célèbre Psychologie des foules, écrite en 1895 et qui fut longtemps un véritable best-seller, traduit dans toutes les langues. Cette attitude ne rendrait pourtant pas justice à une œuvre pionnière de psychologie sociale, la première à interroger le phénomène de masse qui allait tourmenter le XXe siècle : quels sont les caractères psychiques d’une foule ? Comment les meneurs exercent-ils leur pouvoir ?Les réponses de Le Bon sont générales et descriptives. Mais de temps à autres, une intuition éclaire le texte, une analyse s’impose. Les excès de la foule ? Un comportement normal d’individus sains d’esprit qui, réunis, ne raisonnent pas de la même façon que lorsqu’ils sont isolés. Le pouvoir des leaders ? Une persuasion faite de contagion, de répétition et de suggestion. L’inconscient freudien n’est pas loin.

Un document, un classique mais aussi un moyen d’aborder avec une certaine fraîcheur une interrogation nécessaire sur un phénomène de notre temps. –Emilio Balturi–Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.


(version moins chère, mais de piètre qualité, le texte n’a pas du tout été retravaillé pour obtenir une présentation acceptable, travail bâclé à mon sens)


Psychologie des foules est un livre de Gustave Le Bon paru en 1895. Il s’agit d’un ouvrage de référence concernant la psychologie sociale, dont les théories sont encore discutées aujourd’hui. Ce livre marqua un tournant dans la carrière du « célèbre docteur ». Gustave Le Bon montre dans cet ouvrage que le comportement d’individus réunis n’est pas le même que lorsque les individus raisonnent de manière isolée — il explique ainsi les comportements irraisonnés des foules. La psychologie des foules, est une branche de la psychologie sociale. Les psychologues sociaux ont développé plusieurs théories afin expliquer la façon dont la psychologie d’une foule diffère et interagit avec celle des individus en son sein. Les principaux théoriciens de la psychologie des foules comprennent Gustave Le Bon, Gabriel Tarde, Sigmund Freud, et Steve Reicher. Ce champ concerne les comportements et les processus de pensée des membres individuels de la foule, et de la foule comme une entité. Le comportement des foules est fortement influencée par la perte de responsabilité de l’individu, et l’impression de l’universalité du comportement. Ces deux facteurs augmentent en fonction de la taille de la foule. Une foule est beaucoup moins déterminée par les croyances des individus qui la constituent que par les circonstances extérieures, des croyances ou des passions générales, ainsi que par l’hérédité. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’intelligence moyenne des individus qui constituent la foule ne change pas grand-chose à ses actions, réactions et décisions : c’est pourquoi, par exemple, les verdicts de jurys formés d’individus hautement éduqués ou d’individus très hétérogènes quant à l’éducation sont similaires. « La foule psychologique est un être provisoire, formé d’éléments hétérogènes qui pour un instant se sont soudés, absolument comme les cellules qui constituent un corps vivant forment par leur réunion un être nouveau manifestant des caractères fort différents de ceux que chacune de ces cellules possède.

Présentation de l’éditeur

Gustave Le Bon, né le 7 mai 1841 à Nogent-le-Rotrou et mort le 13 décembre 1931 à Marnes-la-Coquette, est un médecin, anthropologue, psychologue social et sociologue français. Esprit universel, polygraphe, intervenant dans des domaines variés, il est l’auteur de nombreux ouvrages dans lesquels il aborde le désordre comportemental et la psychologie des foules.

180 pages
11.42 €

Pour l’acheter c’est ici !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire