Le Complot inconscient, génocide participatif du sexe masculin

Par l’intermédiaire de l’homosexualité « pour tous » (vrai but de la théorie du genre), de l’avortement sélectif et plus tard du clonage, le fondamentalisme féministe espère, plus ou moins consciemment, créer une société idyllique de femmes « débarrassées » des hommes. Quand tout le monde sera homosexuel, les êtres humains de sexe masculin finiront par disparaître. Les hommes n’ont pas d’ovocytes et pas d’utérus. Ils ne seront pas en mesure de se cloner d’une façon autonome. Les femmes seront les seules à pouvoir se reproduire. Au fond, ce sera un génocide « participatif » sans qu’une seule goutte de sang ne soit versée. In fine, il n’y aura plus qu’une seule femme, lesbienne et clonée par centaines de millions. La victoire absolue du politiquement correct et de l’indifférenciation universelle.


 

 



Jean-Pierre Aussant, Biographie

Après des études en théologie et suite à sa passion pour la langue de Goethe, Jean-Pierre Aussant s’est installé dans la ville de Hambourg où il enseigne le français. Dès son adolescence, il s’est trouvé confronté à toute la force du « politiquement correct » dont, pour lui, la substantifique moelle repose sur la « déculpabilisation-normalisation » de l’avortement et de l’homosexualité. Son combat ne se situe pas à l’endroit des individus concernés (victimes des déterminismes et de l’endoctrinement) mais à l’endroit de la « légalisation-banalisation » de ces pratiques. C’est au fond son engagement précoce contre la dictature culturelle qui lui a permis de développer sa théorie du « complot inconscient », théorie qui représente une voie radicalement nouvelle quant à la définition même de la « culture de mort ». Elle affirme entre autres que le but (encore inconscient) du fondamentalisme féministe lesbien planétaire est d’amener l’humanité à l’acceptation du génocide (d’abord culturel) mais qui ensuite deviendra « participatif et consentant » du sexe masculin. L’auteur intervient également dans divers forums des médias allemands. Certains de ses articles, écrits notamment dans l’hebdomadaire « die Zeit on line » comme par exemple « Die Pyramide der Ethik » (la pyramide de l’éthique) ou encore « die Apologetik der Abtreibung oder die Kunst der schiefen Semantik » (l’apologétique de l’avortement ou l’art de la fausse sémantique), ont connu un grand écho outre-Rhin.

broché
118 pages
13 €

Pour l’acheter c’est ici !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire