Marie-Antoinette et les Francs-Maçons


Actualité récente

Ce livre a été mis en indisponible par Amazon (quelques jours après avoir validé l’ouvrage, en février 2018), sans donner d’explication ni même prévenir son éditeur, je vous invite à suivre cet ouvrage, dans l’éventualité d’une remise à disposition, voire à interroger Amazon et/ou à le réclamer, peut-être que le nombre des éventuels clients pourrait aider Amazon à déverrouiller ce livre pour cet éditeur.

L’éditeur Démocratie Royale l’avait déjà publié en 2015 sous son véritable titre « Marie-Antoinette et le complot maçonnique« , mais Amazon l’avait également déréférencé.

Il est également intéressant de savoir que tout aussi surprenant et inexplicable que cela puisse être, omnia veritas le publie aussi sous son véritable titre en décembre 2017 « Marie-Antoinette & le Complot Maçonnique » et ne rencontre aucun souci.

Un espace de libre expression se trouve sous cet article, je serai ravie d’y trouver vos idées, et peut-être, pourquoi pas, réponses à ce sujet, quoiqu’il en soit, vos avis seront les bienvenus, quant à ce livre ou d’autres sur leurs pages respectives.


Nos rois avaient fait de la France la première puissance occidentale avant le coup d’état maçonnique de 1789 ; Camille Desmoulins n’écrivait-il pas dans son Histoire des Brissotins : « Nous n’étions peut-être pas à Paris dix républicains le 12 juillet 1789 » ? La Révolution dite Française a pour but l’éradication totale et définitive du Catholicisme et de la Monarchie par la Synagogue via les loges maçonniques (et ses « Arrière-Loges ») qui étaient plus de 700 dans tout le royaume. En 1781 Marie-Antoinette écrivait à sa sœur : « L’art du gouvernement est de laisser la Franc-maçonnerie s’étendre, car ce n’est qu’une association de bienfaisance et de plaisir. » Si à cette date Marie-Antoinette ne vit pas le danger que représentait la Franc-maçonnerie, dont les méthodes sont le mensonge, le truquage et la dissimulation, elle comprit trop tard que derrière les loges d’apparences, œuvraient en coulisses les Arrière-Loges ayant des desseins radicalement opposés à ceux prétendus par les Loges de « façades ». La Reine accuse enfin la Maçonnerie : « Après quelques mois passés aux Tuileries sous l’œil des Barbares de la Maçonnerie, la Reine sait ! Elle sait qu’elle est dans les Loges la source des calamités qui viennent de fondre sur la France et sur la royauté. » Voici les dernières lignes d’une lettre adressée par elle à son frère, l’empereur Léopold II, en 1790 : Adieu, mon cher frère, il faut que je compte bien sur toute votre amitié pour ne pas craindre d’en abuser, mais en revanche comptez bien sur toute la tendresse de votre malheureuse sœur. J’embrasse ma belle-sœur et vos enfants ; prenez bien garde là-bas à toute association de franc-maçons (sic) ; c’est par cette voie que tous les monstres d’ici comptent d’arriver dans tous les pays au même but. Neuf ans auparavant, de clairvoyants serviteurs de la cause catholique et française avaient conjuré le Roi et la Reine de « prendre garde à toute association de francs-maçons »… Hélas ! leurs avertissements n’avaient pas été écoutés. Quand le péril maçonnique fut aperçu dans toute son horreur par Louis XVI et Marie-Antoinette, il était trop tard : la France était la proie des Arrière-Loges ; la famille royale était leur prisonnière. Au XVIIIe siècle, la Foi catholique et la France furent ensemble comme incarnées dans un être représentatif au plus haut degré : fille des Césars catholiques d’Autriche et femme du Roi Très-Chrétien, Marie-Antoinette eut ce douloureux honneur. Elle l’a porté au comble par son martyre sur l’échafaud. Et vingt ans auparavant, elle était l’idole de la France ! Qui avait changé l’âme des Français ? Qui avait transformé les Français catholiques en blasphémateurs et sacrilèges ? Les Français amoureusement fidèles à leur dynastie séculaire en régicides ? Le but de ce livre est de montrer que l’agent de ces œuvres de mort fut la Franc-maçonnerie. Lors de l’avènement de Louis XVI et de Marie-Antoinette, le peuple de France idolâtrait ses jeunes souverains. La Reine surtout avait touché son cœur. Aucune des méthodes les plus viles ne furent épargnées par les Francs-maçons à Marie-Antoinette, qui était celle à abattre : la calomnie, la fabrication de l’opinion, la diffamation, l’humiliation et enfin l’assassinat. Louis-Ferdinand Céline conseillait la lecture de cet ouvrage : « Je ne saurais trop recommander la lecture du livre admirable de Dasté : Marie-Antoinette et le complot maçonnique. »


 

 

Ouvrage entièrement recomposé et mis en page pour en faciliter la lecture afin de connaître son passé pour mieux comprendre le présent et réussir l’avenir : Nos rois avaient fait de la France la première puissance occidentale avant le coup d’état maçonnique de 1789 ; Camille Desmoulins n’écrivait-il pas dans son Histoire des Brissotins : « Nous n’étions peut-être pas à Paris dix républicains le 12 juillet 1789 » ? La Révolution dite Française a pour but l’éradication totale et définitive du Catholicisme et de la Monarchie par la Synagogue via les loges maçonniques (et ses « Arrière-Loges ») qui étaient plus de 700 dans tout le royaume. Au XVIIIe siècle, la Foi catholique et la France furent ensemble comme incarnées dans un être représentatif au plus haut degré : fille des Césars catholiques d’Autriche et femme du Roi Très-Chrétien, Marie-Antoinette. Qui avait changé l’âme des Français ? Qui avait transformé les Français catholiques en blasphémateurs et sacrilèges ? Les Français amoureusement fidèles à leur dynastie séculaire en régicides ? Le but de ce livre est de montrer que l’agent de ces œuvres de mort fut la Franc-maçonnerie. Louis-Ferdinand Céline conseillait la lecture de cet ouvrage : « Je ne saurais trop recommander la lecture du livre admirable de Dasté : Marie-Antoinette et le complot maçonnique. »


Commentaire d’un lecteur

(non corrigé)

 

« Ce livre est une synthèse de tout ce qui a été orchestré contre Marie Antoinette afin de la décrédibiliser, puis de la faire haïr des français.
La raison de pourquoi Marie Antoinette est donné avec des citations de Mirabeau (je si je me souviens bien) et d’autres : elle est la femme forte à abattre pour les révolutionnaires.
Ce livre traite de 5 sujets :
– l’acharnement contre Marie-Antoinette : pamphlet, affaire du collier en détail, soit-disant écrits de sa main ou elle appelle à la destruction du peuple français (!) etc
– l’énigme du soulèvement populaire dans les différentes villes de france exactement en même temps avec les mêmes demandes : liberté et égalité.
– Ce qu’est le tiers état c’est-à-dire la bourgeoisie, ou la maçonnerie, et comment il embobine la masse qui n’a rien contre son roi (la prise de la bastille, le vote par tête, etc…)
– la grande peur, elle aussi dans toute la France en même temps : peur d’invasion de brigands, de voisins ou d’étrangers qui font que les habitants prennent les armes et sont plongés dans la peur. Aucun brigands n’arriva, pas plus de voisins ou d’étrangers dangeureux, pour persécuter les habitants en armes. Par contre les bureaux ou milices nationales au services des révolutionnaires sont désormais là pour assurer leur protection.
Ce livre est un recueil de témoignages allant dans le sens du complot maçonnique. La bibliographie est volumineuse.
S’il est difficile de se voir convaincu par ces témoignages (car il faudrait tout vérifier et comment savoir si les auteurs étaient de bonne fois), le complot maçonnique est une évidence pour une raison de bon sens : Sachant ce que revendique officiellement la maçonnerie (liberté et égalité), comment au même moment par deux fois (soulèvement populaire puis la grande peur) la france entière a pu être mobilisée pour les mêmes mots d’ordres si ce n’est que le mot d’ordre venait des centaines de loges en France ? Pourquoi tout ces pamphlets anonyme contre la monarchie et l’Eglise ? La monarchie = la noblesse, l’Eglise = le clergé : ces deux là sont au pouvoir. Qui d’autre que le Tiers-état pourrait s’en prendre à ces deux là sachant que c’est ce dernier qui arrive au pouvoir grâce à la révolution, au détriment des deux autres ? En d’autres termes, à qui profite le crime ?
Maintenant, sachant que le tiers-état est composé en très large majorité de franc-maçons, il est très cohérent de dire que 1789 est un coup de la maçonnerie. Ce qui est confirmé par la symbolique à travers les documents importants comme la déclaration universelle des droits de l’homme, ou l’on peut voir le sommet de la pyramides avec l’oeil, (entre autre) comme sur le billet de 1 dollar, les USA étant une république aussi. (car maçonnerie = république, et toutes les républiques ont plus ou moins la même symbolique franc-maçonne)
Evidement, il ne faut pas voir (tout comme aujourd’hui) derrière chaque maçon un conspirateur. Nombre de maçons étaient royalistes et n’avaient aucune intention d’en arriver là. Louis XVI lui-même était franc-maçon, beaucoup de monde à la cours ou dans la bourgeoisie l’était. Même dans l’Eglise (Sièyes) ! Mais si Marie-Antoinette écrivait en 1781 « l’art du gouvernement est de laisser la franc-maçonnerie s’étendre, car ce n’est qu’une association de bienfaisance et de plaisir », elle écrivait en 1790 : « (…) prenez bien garde là-bas à toute association de franc-maçons; c’est par cette voie que tous les monstres d’ici comptent d’arriver dans tout les pays au même but. » Cette dernière phrase est très importante : Ce ne sont pas les franc-maçons qui sont tous conspirateurs et responsables de 1789 mais c’est par cette voie là que la conspiration a eu lieu.
Mais la machine étant en marche, une fois lancé avec en tête les jacobins, elle était impossible à arrêter.
La franc-maçonnerie est incarné politiquement par la République. La république est universelle, comme les religions monothéistes, elle est voué à la conquête connu aujourd’hui sous le nom de nouvel ordre mondial. Aujourd’hui la maçonnerie a la main mise sur l’europe qu’elle a unifié, elle fait la guerre ailleurs pour s’étendre, toujours au nom de la liberté et de la démocratie. Chaque maçon n’est pas un conspirateur pour la création du nouvel ordre mondial, loin de là. Mais c’est l’idéologie de la maçonnerie.
L’idéologie politique de la maçonnerie tient quatre mots mots : internationalisme, laïcité (dont l’étymologie est « ignorant » et qui tombe bien avec l’athéisme nécessaire au consumérisme), libéralisme et progrès.
Ce sont ces gens là qui sont ont pris le pouvoir en 1789 et définitivement à la 3e république. Pour comprendre à quel point l’arrivé au pouvoir du tiers-état fut anti-social on peut lire deux excellent petits livres : « 1789 silence aux pauvres » d’Henri guillemin (et ses 2 autres ouvrages sur les révolutions de 1789 et 1848), et « De la Centralisation monarchique à la révolution bourgeoise » de Marion Sigaut pour comprendre pourquoi effectivement le peuple avait faim en 1789 et l’impact du libéralisme sur le peuple.
Marie-Antoinette et le complot maçonnique est un bon livre et truffé de passages de mémoires ou de témoignages. Pour avoir une vision plus globale sur l’impact de la maçonnerie sur 1789 j’ai préféré « La franc-maçonnerie et la révolution française » de Maurice Talmeyr. Un petit livre qui donne une excellent vision globale. Pour plonger vraiment dans ce sujet, les plus connus sont les 2 tomes de l’abbé Barruel « Pour servir à l’histoire du jacobinisme. »

Il faut savoir, pour qui le doute subsiste, que certains historiens ou politique franc-maçons ne se cachent pas que 1789 ait été leur oeuvre. Exemple : « Histoire de la Révolution Française » de Louis Blanc, « La Révolution Française » de Jean-Paul Bertaud, ou encore « Les francs-maçons dans la révolution française » de Jacques Rolland. On peut citer Vincent Peillon qui l’explique sur youtube. Ils ne s’en cachent pas puisque nous sommes en république, soit disant gouverné « pour le peuple et par le peuple » et donc revendique leur prise de pouvoir contre les méchants rois et l’eglise oppressante. Voilà pourquoi tous parlent de « Grande révolution » (même Mélenchon, l’homme bourgeois d’extrême gauche soit-disant contre le capitalisme, mais au très gros salaire et biens, et membre du grand-orient : un Danton moderne), et tous commémorent le 14 juillet. Après 150 ans de propagande républicaine, il ne fait pas bon dire que l’on est pas républicain. »


 


204 pages

15.83 €


Pour l’acheter c’est ici !

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire