Mémoires : Fils de la nation

«  Mes grands-parents ne savaient pas lire mais surent donner une vie décente à leurs enfants. Ma paysanne de mère était élégante et fière, mon père, patron pêcheur taciturne, avait navigué pendant la Grande guerre, à treize ans, mousse sur un cap-hornier, ces cathédrales de toile et de bois qui affrontaient les quarantièmes rugissants. A la maison, il n’y avait pas l’eau courante mais on aimait sa famille, son pays et Dieu – et la Bretagne aussi, avec ses îles, ses navires. L’instituteur et le curé nous apprenaient à les chanter ensemble. En somme, j’étais un petit Breton heureux dans la grande France.
Puis vint la Seconde guerre mondiale. Le père est mort, la France était blessée, des curés m’ont dégoûté de Dieu. C’est alors que j’ai découvert la folie des hommes, Paris, l’université, l’Indochine, l’Assemblée nationale, l’Algérie. J’eus une épouse et des filles. La vie s’offrait, tantôt magnifique, tantôt désolante. Le petit Breton avait grandi, la France rapetissé. Pour la relever, j’ai choisi le combat politique.  »

 


« Le Parisien – Aujourd’hui en France » dévoile en exclusivité aujourd’hui des extraits du premier tome des Mémoires de Jean-Marie Le Pen à paraître le 1er mars, soit dix jours avant un congrès de refondation du Front national. Un « pur hasard », selon son entourage, un brin ironique. Nous en parlons avec Olivier BEAUMONT, grand reporter au service politique du Parisien.

 


Pétain, de Gaulle, Algérie… Jean-Marie Le Pen publie ses Mémoires

 

 


broché

450 pages

22.90 €


Pour l’acheter c’est ici !

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire