Le mot « race »


Le mot “race”, sans parler de la chose (qu’elle existe ou pas), a été chargé tout soudain, vers le dernier quart du XXe siècle, de tous les péchés de la terre. Il n’en fallait pas moins pour permettre une des plus considérables commotions de l’histoire de l’humanité, le Grand Remplacement, qui allait jeter sur les routes et les mers des dizaines de millions d’hommes et de femmes, transformer le visage de plusieurs grandes nations et changer de fond en comble une ou deux civilisations.



EXTRAITS


Commentaire

« L’opuscule constitue l’extrait d’un ouvrage beaucoup plus vaste de Renaud Camus : Dictionnaire des délicatesses du français contemporain, dont il existe une première version, éditée chez P.O.L. en 2000.
L’auteur s’attache ici à redéfinir le sens du mot « race », dans le français tel que celui-ci a été pratiqué avant qu’une certaine forme d’idéologie ne vienne modifier le sens des mots, pour leur imprimer un tout autre sens que celui qui était couramment entendu jusque-là.
Si l’on replace l’opuscule dans l’ensemble des œuvres « politiques » de Renaud Camus, comme La Grande Déculturation, la Décivilisation, La Dictature de la Petite Bourgeoisie, ou bien encore Le Grand Remplacement, il s’y insère très logiquement, l’auteur ayant développé depuis des lustres l’idée que nous vivons actuellement une période de basculement culturel, à l’occasion duquel tout se trouve en passe d’être remplacé par autre chose – de faux, d’artificiel, d’interchangeable. En ce sens, le langage participe activement à ce renversement, à l’instar de ce qui est décrit, par exemple dans le 1984 de G. Orwell…
Mais ce qui apparaît également très intéressant dans cet opuscule, c’est que l’auteur s’attache à montrer que le sens raciste du mot « race » ne s’est pas imposé, contrairement à ce que l’on pourrait penser, tout de suite après la Seconde Guerre Mondiale… Ainsi, Renaud Camus cite-t-il le Général de Gaulle et Georges Pompidou, qui employaient encore, au tournant des années 70, le mot race dans le vieux sens que la langue française lui donnait et qui apparaît par exemple chez la plupart des auteurs français des siècles passés, sans que ceux-ci l’aient jamais employé dans le sens « raciste » qui s’est imposé, petit à petit, depuis le début des années 80 du XXème siècle. »


Broché

60 pages

8.42 €


Pour l’acheter c’est ici !

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire